• Coulisses

    Ces personnages ne sont utilisable que par son créateur (moi autrement dit), merci de les laisser là où ils sont. :] Si je les postes ici, c'est par envie. Si vous souhaitez donner vôtre avi, n'hésitez pas~

    Ils ont été utilisés pour divers RPG (de véritables RPG, Des mini...).

     

     

  • *Actuellement joué sur forum

     

     Song (fnaf)  --  Song (oceiros)  --  Song (dark souls)  --  Song (Nier)

       

    INFOS DE BASE

    Nom(s) :  Esekíel
    Prénom(s) :  Arthur
    Âge :  221 ans  (28 d'apparence)
    Surnom :  "connard" principalement, mais ça dépend des gens.
    Rang : "The Ripper"
    Espèce : Vampire
    Sexe : Masculin
    Orientation sexuelle :  va chier.
    Nationalité :  Islandais

    MENTAL

    "Penses-tu avoir autant de valeur que le temps pour te permettre de me faire perdre le mien?"

    Arthur est probablement l'un des personnages les plus infects, exécrable et méprisable qu'on puisse croiser: Antipathique, puisqu'il ne témoigne aucun intérêt pour qui que ce soit et se moque éperdument du sort de chacun. On pourrait lui demander clairement de l'aide qu'il détournerait le regard, poursuivrait sa route et oublierais le malheureux la seconde suivante. Pourquoi s'emmerder pour des gens qui le poignarderaient dans le dos le lendemain si on leur offrait une bonne liasse de billets en échange? Lâche, car il chercherait par tout les moyens d'échapper à une situation qui le dépasse, ou qui le met en danger. Ou simplement aussi, qui lui déplait. Fuir pour sauver sa peau, fuir pour être tranquille. Peu importe qu'il y ai eut ou non quelqu'un dans la même situation que lui puisqu'il est égoïste au possible. Inutile de rappeler qu'il ne vaut mieux pas compter sur lui, donc. Menteur doublé d'un tricheur invétéré: il vaut mieux être capable de tromper pire que soit pour survivre dans ce monde de tâches. Il échoue rarement dans ce qu'il entreprend. Mauvais perdant et borné comme il est, forcément. Il a tout bonnement horreur qu'on lui donne tort. Le faire changer d'avis relève de l'impossible. Mesquin, impétueux, il peut s'emporter facilement pour un peu n'importe quoi. Tout dépend de son humeur changeante et tout devrait aller dans son sens. Il s'en donne le droit, il en a le droit. Démoralisateur, il l'est sans doute parce qu'il en a vu de belles dans sa vie et qu'il ne porte pas un regard positif sur le monde.

    En somme Arthur est un homme très épicurien: ce qui lui importe est sa petite personne, son confort personnel, même au mépris des autres. Aussi étonnant que ça puisse paraître ce sont ses traits de caractères principaux mais pas les plus exacerbés. Arthur attise la haine, la méfiance, le mépris. C'est un fait. Mais quand on creuse un peu on se rend compte qu'il est plus complexe que ça. Le cerner n'est pas tâche aisée: il fait probablement parti de ces gens dont on ignore si leur mauvais comportement ne cacherait pas un être complètement brisé, qui se serait renfermé sur lui-même et dont le temps l'aurait rendu aigri. A moins qu'au contraire ce soit pour couvrir une personnalité autrement plus monstrueuse?

    Arthur est imprévisible. Il lui arrive d'aimer aller à l'encontre de ses propres choix et principes simplement pour vous perturber. Vous parliez du beau temps? Il déviera sur un sujet radicalement différent, s'exclamant qu'il aurait vu un ours géant passer dans la ruelle voisine. Peu importe quand pourquoi comment. Il défie toute logique quand ça lui chante. Est-ce à cause d'un brin de folie réel ou est-ce juste une impression qu'il laisse volontairement? Dans tout les cas, qu'il ait décidé de faire son ronchon de son côté en ayant son sourire sarcastique gravé sur le visage ou qu'il ai choisi de jouer les personnages farfelu, il ne donne clairement pas envie aux gens de rester à proximité. D'autant que ce n'est pas un homme particulièrement loquace et aimable...

    On observera aussi qu'en sa compagnie, les gens ont tendance à se crisper. Méfiance, doute, malaise? Il se dégage d'Arthur un certain charme qui plaira peut être aux plus curieux. Néanmoins n'importe qui de normalement constitué cherchera à garder ses distances avec lui. Le fait est qu'il entraîne les gens aisément dans son petit manège. Converser avec lui ne donne pas envie de dévoiler des informations véritables. Il poussera inévitablement ses interlocuteurs à mentir ou rester évasifs. Au début ce ne sera sans doute pas grand chose, mais... au fil de la conversation on le suit dans ses délires de mythomaniaque sans trop s'en rendre compte. On devient alors à cran. On surveille un peu ce qui se passe autour. On est plus sûr des affirmations qu'on a faites tantôt. Le plus impressionnant reste sans doute sa façon de rendre les choses crédibles: ce sale type a le pouvoir de vous embrouiller à tel point que l'heure suivant sa rencontre vous vous inquiéterez sincèrement à propos de votre propre existence. Puis vous vous interrogerez sur le monde qui vous entoure. Sur toute chose que vous pensiez parfaitement connaître jusqu'à maintenant. Vous réfléchirez. Et plus vous réfléchirez plus vous vous en voudrez de vous interroger alors qu'il n'y a pas de raison d'hésiter ou d'être embarrassé. "C'est n'importe quoi" est la réplique qui revient le plus souvent. Ensuite, vous l'oublierez. Vous oublierez le personnage improbable qu'est Arthur car vous vous rappellerez que des loi régissent ce monde. Vous croyez en ces loi. Arthur ne suit pas ces loi, il ne suit que lui-même. Alors vous l'oublierez lui aussi. Profondément. Il ne restera qu'un élément lointain, perdu dans un coin de votre tête.

    Du moins uniquement dans le cas ou vous ne le connaissez pas vraiment et ne le côtoyez pas. Il n'est pas difficile de se rendre compte qu'Arthur est un homme versatile. Aussi, force est de constater qu'il n'est pas complètement aléatoire: ses changements d'humeur sont plus ou moins calculés. Tout dépend de qui se trouvera en face de lui et dans quelles circonstances, car de manière générale... on le verra bien plus comme un connard que comme un dingue. Arthur peut se montrer très persuasif, son assurance et son adresse aidant beaucoup. Gardez simplement à l'esprit que vous avez affaire à un haineux parfaitement sérieux. Si vous tenez à rester sain d'esprit et éventuellement... vivant? Passez votre chemin.

     

    PHYSIQUE

    Comme tout bon vampire qui se respecte Arthur n'a pas besoin de chirurgie esthétique, il gardera l'apparence qu'il avait lorsqu'il s'est fait mordre. Chouette, n'est ce pas? Ceci s'accompagne de quelques petits désagréments comme... le fait de ne pas supporter le soleil? Moins chouette, je vous l'accorde. Son teint pâle, notre vampire tricentenaire le doit au fait d'être un mort-vivant sur patte. De même lorsque ses yeux deviennent rougeoyants alors que ceux-ci sont dorés à l'accoutumé. Concernant ses cheveux mi-long ondulé, ils ont aussi prit cette teinte blanc-gris clair avec le temps. Arthur revêt toujours une tenue sombre parfaitement taillée, rappelant celles que portaient les gens durant le dix huitième siècle. Il ne quitte pratiquement jamais son chapeau de même couleur que le reste. Notre islandais atteint le mètre soixante dix huit et est plutôt svelte. Pas bien imposant si on se contente de le voir de loin. C'en est une autre quant on a affaire à son regard perçant et son léger sourire en coin.

     

    HISTOIRE

    1796, Islande, Laholm

    La modeste famille Esekíel, constituée d'un père charpentier, une mère au foyer ainsi qu'une jeune enfant âgée de six ans, accueille un nouveau membre: Arthur. Un garçon qui se révélera vif et particulièrement débrouillard. La petite famille vie paisiblement durant une dizaine d'années de plus, jusqu'au jour fatidique durant lequel Oddleifur perd l'usage d'un bras et la jeune Finna tombera gravement malade. Arthur fera de son mieux dans le but d'aider ses proches, mais à cause de son jeune âge il n'y pourra pas grand chose. Vivre devient difficile a cause du peu de moyens qu'ils possèdent, le coût des soins pour l'aînée les ruines. Le jeune garçon sera donc déterminé à faire de grandes études dans le but de trouver le métier idéal. Il passera son temps le nez plongé dans divers ouvrages jusqu'à être en âge de se rendre à la capitale, où il intégrera une grande école. Il économisera le moindre centime et enverra donc peu de nouvelles à ses proches.

    1818, Islande, Stockholm

    Malgré des difficultés dans certains domaines Arthur se bat pour faire parti des meilleurs. Il aura l'occasion de faire la rencontre d'excellents professeurs qui le guideront et lui prodigueront des conseils avisés. Elève brillant, assidu, sérieux, l'adolescent décrochera ses premiers diplômes étonnamment vite. N'ayant pas reçu de lettre depuis trop longtemps il jugea nécessaire de contacter sa famille. Ses parents jugeront bon de lui cacher la mort récente de sa soeur, afin qu'il puisse poursuivre son apprentissage tranquillement et l'esprit clair.

    1824, Islande, Stockholm

    Arthur apprendra la mauvaise nouvelle via un cousin. Les deux jeunes hommes ne s'attendaient pas à se rencontrer dans de telles circonstances, et encore moins pour discuter d'une chose aussi pénible. Furieux que ses parents ne lui aient rien dit, il décidera de quitter la capitale à la hâte pour les retrouver, mais... le soir même, après qu'il eut tout juste acheté son billet pour un train le lendemain, un vampire le mordra et, certainement par pitié, il ne le laissera pas mourir mais le transformera. Le temps qu'il comprenne ce qu'il lui arrive, le monstre s'était échappé. Arthur n'en retrouvera jamais la trace. Décidé à ne pas revenir auprès des siens, le jeune islandais fit croire à sa mort en créant une scène de crime parfaite. Il assistera même à son propre enterrement, caché, pour voir sa famille le pleurer. 

    1827, France, Nantes

    Arthur quitte quand même son pays et finit par s'installer plus au sud, où il tombera amoureux d'une femme nommée Cassandre. Celle-ci l'épouse mais meurt à son tour peu de temps après. Furieux, le vampire s'enferme chez lui et jure de ne plus jamais en sortir. Du moins... jusqu'à ce sa faim et sa solitude ne le rendent fou un demi siècle plus tard. Il deviendra alors un tueur expérimenté et commettra de nombreux meurtres dans toute la France, ce qui lui vaudra différents surnoms plus ou moins recherchés. Celui de "Jack l'éventreur" revenait couramment. Sa façon de faire, atypique, choquait et intriguait les gens à cette époque. Avec le temps, qui défilait à vive allure, Arthur se calmera et tentera de retrouver un semblant de raison en retournant dans sa ville natale. Il y restera d'ailleurs longtemps pour y faire le deuil de sa défunte soeur ainsi que celui de sa femme.

    1935, Islande, Laholm

    Ayant totalement perdu foi, vouant une haine certaine aux humains comme à ses comparses, il souhaitera se laisser dépérir, jugeant que sa place n'était pas dans ce monde pourri. Il part persuadé qu'il va enfin trouver la mort. Cependant, il tombera sur le Manoir qui changera radicalement sa vie.

    2007, Firefly Mansion

    Arthur est un personnage mauvais, malsain, au sourire carnassier. Il n'a aucun goût pour ce qui l'entoure et n'éprouve pas de sympathie envers les autres. Il parle peu et reste en retrait la plupart du temps. Il lui arrive néanmoins parfois de trouver l'envie d'ennuyer ses pairs. Il doit sa belle et longue vie à l'un d'entre eux, après tout. Par ailleurs concernant le manoir, la réalité, l'imaginaire... il s'en contre fiche royalement. Pour lui cet endroit est une prison, mais a même titre que le reste du monde, qui ne vaut rien à ses yeux. Tout ce qui l'importe est de pouvoir aller ou bon lui semble et comme il l'entend. D'un côté, cet endroit pourrait aussi lui permettre d'éviter de recommencer ses petites tueries, ce qui ne serait pas un mal tant pour lui que pour le reste du monde. On peut donc dire qu'il a un avis assez mitigé.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique