• Episode dix: Amour passion et chantilly.

    Episode dix:

    Eh oui, revoilà mon bon vieux logo. Ce qui signifie que la suite de ce poste renfermera: de la chantilly, de la chantilly, de la romance tournée au goût pissenlit parfumé à la pisse de chat, et encore de la chantilly mais aussi des "yamete kudasai". Et re-de la chantilly. Désolé, pas de tentacules.

    Si vous êtes trop jeune/sensible/con, vous voilà prévenus. Passez à l'épisode suivant, tout ira bien.

    Pour ses dames et messieurs qui s'accrochent déjà à leurs culottes: Bonne lecture~

     

     

    Pour cette opération délicate qui consiste à rédiger cet épisode atroce de série abrégée atroce, je vais moi même passer en god-mod pour plus de facilité. Nous en étions donc à: Kaito est plutôt salé après toute cette attente donc il s'est changé en basketteur ultime de kuroko no basket, pendant que Shûta, pauvre princesse innocente, est un peu dans les vapes. Bla bla main sous le t-shirt.

    Quoique, maintenant que nos deux personnages sont accolés à un mur apparu comme par enchantement, on peut même parler de main sous le pantalon. Bien évidemment notre bishônen yaoi mannequin est déjà raide comme un piquet et aussi rouge qu'une tomate trop mûre. Pas le temps pour les préliminaires. La soirée romantique autour d'un dîné aux chandelles on s'en fout. On attaque le dessert. Même si Kaito à déjà pris un en-cas auparavant. Après tout il a ce droit parce que c'est lui qui va tout faire pendant que Shûta fera l'étoile sur le lit deux places acheté la veille.

    Notre vampire ex tueur de sang froid (lol, jeu de mot) peut dès à présent tripoter son beau blond un peu partout. Tester un peu avant de consommer. Jusque là il bouffait des trucs mac d'o au rabais et là il va se payer un truc niveau caviar et crabe de multi-millionnaires. C'est différent. Il est même servi chaud, le petit. Vaut mieux pas attendre qu'il refroidisse, alors on va commencer à lui murmurer des trucs pervers à l'oreille pour le gêner encore plus. Kaito reste néanmoins poétique et lui admettra qu'ils ont beau se connaître depuis trente minutes c'est l'amour de sa vie il pourra rien faire sans lui, tout ça tout ça. On y reviendra dans une scène cruciale plus tard. Pas le temps. Là c'est c'est chaud bouillant.

    Enfin, pour plus de classe le t-shirt de Shûta se sera changé en chemise. Comme ça cette dernière pourra glisser sensuellement sur ses frêles épaules et lui donner un air de pré-ado fragile et adorable. *tousse* Pardon. Quant à Kaito il restera un peu en jean-moulant noir pour avoir l'air dark BG, comme d'hab. Lui aussi est déjà plus raid que le raid tue-mouche, mais ça se voit pas. Son jean est impec, pas une bosse visible. Pour toujours plus de classe. On aime la subtilité dans ce yaoi.

    Kaito va gentiment entraîner son cadet sur le fameux lit deux places propre neuf et bien fait alors que le reste de l'appart miteux est désordonné. Merci fée des intrigues pourries pour ce hasard providentiel. Etant au dessus de son partenaire de X il va pouvoir faire glisser son joli short confortable sur ses jambes parfaites et sans poils. Notez bien. On va éviter d'y aller à sec avec du gravier comme dans ces superbes "rps" mal foutus trouvables partout sur eklablog. Je ne voudrais pas que mon fidèle public s'arrache les yeux. Puis nous allons reprendre sur un plan magnifique de Kaito, qui même en ayant rien fait depuis des siècles se rappelle quand même comment sucer à la perfection. Shûta va donc logiquement échapper quelques gémissements et soupires de type "aaah" et "oui" même si ça fais 0.3 secondes que ça à commencé. Un peu comme s'il en était déjà sur la fin. L'excuse de la première fois peut y faire, on va dire...

    Deux giclée de chantilly plus tard on peut passer à la suite. Oui, on se sent tous sale actuellement mais quitte à avoir commencé autant continuer. En revanche je vous rappelle que c'est une parodie de cliché yaoi de merde mal assumé donc on va éviter de trop développer. Ca l'a été assez comme ça. Notre vampiro dark de la mort qui tue et dont le pantalon à mystérieusement disparu d'un coup, va donc bâcler l'affaire en quelques allez-viens rapides. Voilà, sans une seule douleur, easy, ça passe crème.

    Ils pourront se retrouver l'un dans les bras de l'autre pour une nuit de sommeil parce que ça crève vachement. Vous imaginez. CINQ minutes de X. C'est juste énorme. Faut pas pousser. Hein? Non, ils dorment dans un lit propre nickel, kestacru. Il fait auto-lavage le machin, a ce prix là.

    Voilà. Ca, c'est fait.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 23 Mai 2018 à 19:10

    Wouai! *applaudi* Mon moi-même a adoré!

    2
    Mercredi 23 Mai 2018 à 19:12

    Ssank you.

    3
    Mercredi 23 Mai 2018 à 23:12
    4
    Mercredi 23 Mai 2018 à 23:14

    xD Merci, Dolfi!

    5
    Mercredi 23 Mai 2018 à 23:17

    TURBOTEUB

    6
    Samedi 26 Mai 2018 à 19:11

    Trop cru ! T'as perdu un fidèle ^^

    Toute cette luxure ^^

    7
    Samedi 26 Mai 2018 à 19:15

    Ca c'est à cause de Dolfi, pardon. J'avais pas le choix. v__v Dommage, un lecteur aussi assidu et qui se donne la peine de lâcher un mot à chaque chapitre...

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter