• Réception

    [Mon chapeau contient une dimension nommée "Melfic Disordia", un monde créé par mes soins dans lequel se trouve diverses créatures, objets, personnages et monstres plus ou moins sympathiques. Entouré de contes et légendes, d'un labyrinthe, d'objets épiques ou inutiles, d'êtres fourbes ou des guides aux conseils avisés, des délires en tout genres, des captures grotesques...]

    En gros, un joyeux bordel.

  •   Pas taper! Moi être gentil. Juré (je suis juste taquin).

     

    Bon, la vérité est que j'ai déjà voulu m'inscrire sur Wattpad pour tester un peu. Le soucis est qu'à chaque fois que je tombe sur une page wattpad.... bah... comment dire avec tact que je ne fais que tomber sur des gonzesses? Et pire encore, de trop jeunes personnes souvent plongées dans les niaiseries, le girly et le cliché. :/ (c'est pas un reproche, c'est juste que c'est pas mon trip)

    On m'avait d'ailleurs déjà averti à ce propos lorsque j'ai posé la question à une personne qui semblait bien connaître:

    "Parce que wattpad est un trou à kikoo la plupart du temps. Beaucoup de personnes écrivent de bons livre, et malheureusement, n'ont pas beaucoup de succès. Alors que les fanfictions de Mlle.X 11 ans qui shippe untel et untel et qui écrit mal, va avoir plus de 9000 vue et même plus..et c'est ça que je trouve dommage sur wattpad..."    Sont ses propos exacts. Copiés-Collés. Elle me recommande d'ailleurs une toute autre plateforme et là encore ces derniers temps j'hésite à m'y poser pour tester.

    + Quand je lis que des journaux en parlent de cette façon:
    "Wattpad, le café littéraire des adolescents" -
    "Les récits qui ont le plus de succès sont des variations sur le même thème: une lycéenne ingénue, parvient, par la force de son caractère, à séduire un mauvais garçon représenté sous les traits d'une idole de la pop adolescente. [...] " -
    "Ce ne sont que des fragments un peu caricaturaux de ce que l'on trouve sur Wattpad. Sur les étagères virtuelles sur site, on dénombre beaucoup de récits de science-fiction et de fantasy. Une auteure âgée de 15 ans, baptisée Jessaleisha, a achevé il y a quelques mois Echoués ,une fiction qui met en scène un groupe de jeunes gens mystérieusement échoué, donc, sur une île. «J'essaye de me diversifier au maximum et d'essayer un peu tous les genres», explique-t-elle au Figaro. L'adolescente est aussi lectrice, et reconnaît «avoir un faible pour les fictions avec des zombies»." -
    "On trouve aussi sur Wattpad un genre souvent raillé mais foisonnant: la fanfiction. [...]"

    Bah... ça résume beaucoup l'idée que je m'en fais actuellement: des filles qui parlent ENCORE de trucs de zombies, d'amourettes de BG de lycée, de fanfictions douteuses voire le tout en même temps... les rédacteurs de journaux ont beau essayer de dire "c'est varié" c'est pas l'impression que ça me laisse. :/

    "Fanfiction" et "Roman d'amour" sont les premiers mots donnés dans la présentation du site en plus. Ca donne hachement envie de voir le reste. *rires*

     

    M'enfin... Wattpad est si affreux? Et comment est-ce que ça fonctionne exactement? (parce que j'ai vu que les textes sont accompagnés de couvertures, mais ce sont des montages ou des illustrations pré-fabriqués qu'on choisi dans une liste pour représenter notre récit sur cette plateforme?) Est-ce que c'est blindé que de filles? Y aurait-il des exceptions qui ne soient pas des gamins dépressifs venus s'inscrire dans l'espoir de pécho?

    N'hésitez pas à m'expliquer le fonctionnement et me donner votre avis sur ce bazar! :)


    28 commentaires
  • Le lien de la vidéo

    Je suis tombé dessus totalement par hasard après avoir miss clic alors que je ciblais une ost de dark souls et... bah, il faut dire ce qui est: ça parle d'un truc au japon, je matte pour voir si c'est bien un reportage de merde. :p (surtout après avoir vu les commentaires sous la vidéo en fait)

    A ma grande surprise, je ne l'ai pas trouvé mauvais. Je n'ai même pas compris le pourquoi de certains commentaire de gens qui visiblement n'ont pas du tout aimé la façon dont a été abordé le sujet. "ils en parlent comme si les hikikomori étaient des malades", "c'est la société qui est nulle", "c'est en France que ça se passe aussi, pas besoin d'aller au japon pour ça" etc...

     

    > Bon, déjà premier point: le reportage s'est déroulé au Japon très probablement parce que c'était bien plus représentatif du phénomène, et en général comme la culture jap/geek est un truc qui nous parle en Europe, on sera sûrement bien plus attiré par ça (osez me dire que vous auriez préféré un petit reportage de merde sur France 2 dans votre terroir). Ca n'est qu'une hypothèse mais je ne pense pas être loin de la réalité.

    > Ensuite. Pour vous dire, je suis moi même un reclus depuis quelques années. Je n'en suis pas du tout fier, mais pour le moment c'est le mieux qui me convienne. Est-ce pour autant que je pense que ce monde qui ne m'est pas adapté, devrait être adapté pour moi? NON. Sûrement pas! Tout simplement parce que si le monde est tel qu'il est actuellement, c'est parce que ces gens qui forment cette société, sont ainsi. La majorité se conforme à une norme, leur norme. Nous sommes bien trop peu a côté, justement, à ne pas être capable de nous conformer à cette société pour la faire changer et l'arranger à notre sauce.
    Attention! Je ne dis pas qu'il est normal de nous jeter. Au contraire, il faudrait faire en sorte que chacun puisse trouver sa place et, sans forcément être compris, avoir droit au respect. Mais ça n'est pas à la société de se conformer à notre norme à nous. Si elle devait changer pour nous uniquement, qu'en serait-il des autres pour laquelle elle ne serait alors plus adapté?

    > Concernant le point "ils considèrent les hikikomoris comme des malades c'est n'imp", eh bien... je n'ai pas eut cette impression. Ils présentent ce type de personnes comme étant des reclus, ce qu'ils sont. Et les faits sont là: il arrive effectivement que certains périssent seuls. Mais ils ont aussi bien démontré que certains arrivent à s'en sortir.
    Ce n'est pas considéré comme une maladie mais comme un "mal" (et ça ne concernait que les cas dans lesquels les hikomoris étaient des reclus plus ou moins dépressifs, et qui ont quitté la société suite à un traumatisme ou un événement dérangeant. ça concernait ceux qui ne le vivent pas bien). Car oui, pour beaucoup c'en est un, un mal. Ils ne font rien, n'en ont pas l'envie... donc dans ce cas ci il est normal que le sujet ai été abordé de cette façon.

    Je trouve néanmoins dommage qu'ils ne parlent que de ces cas là, mais pour le coup c'était le but je pense.

    > J'ai beaucoup aimé le passage avec le Japonnais qui parle de la perception des gens à ce propos: "on est considéré comme des fainéants qui aiment ne rien foutre, comme des bons à rien" grosso modo. Et c'est exactement ça. J'ai moi-même longtemps culpabilisé à ce propos parce que je me suis encré dans la tête que c'était le cas. Que j'étais juste un putain de gros gland. Hors... j'ai appris que non (avec le temps. beaucoup de temps). Je cherche encore une explication à ma situation et mon état d'esprit en général mais bon... je n'aurais de réponse probablement qu'en Mai! :p 

     

    Je reste mitigé sur certains points du reportage (notamment le gros côté cliché), mais dans l'ensemble il ne m'a pas parut aussi affreux que d'autres le disent dans les commentaires.... qu'en pensez-vous, vous (que vous soyez un/e reclus ou non)?


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique